Étiquettes

, , , ,

Premier jour de l’hiver, et j’ai déjà envie de soleil et de chaleur ! Ce petit texte tiré des « Nourritures terrestres » d’ André Gide tombe à point nommé pour l’évocation nostalgique d’un été pourtant récent.Extrait des "Nourritures terrestres"

Le texte est calligraphié à la gouache blanche sur papier gris. J’ai utilisé une plume fine pour cette écriture de type majuscule insulaire. Le nom de l’auteur est tracé au tire-ligne à l’encre rouge foncé.

Je vous livre le texte qui n’est pas forcément facile à lire sur cette reproduction :

« Printemps plein d’indolence,
j’implore ta clémence.
A toi, plein de langueur,
j’abandonne mon coeur.
Ma pensée indécise
flotte au gré de la brise.
Un ruissellement tendre me pénètre de miel.
Ah! N’entendre, ah! ne voir
qu’à travers le sommeil.
A travers ma paupière,
j’accueille ta lumière, Soleil,
qui me caresse, pardonne à ma paresse,
bois mon coeur sans défense,
Soleil plein d’indulgence. »