Mots-clefs

, , , , , ,

Baudelaire_Le_ Recueillement_detail

Pour ce travail, j’ai commencé naturellement par le fond aquarellé. J’ai ensuite choisi un texte qui puisse convenir à ces couleurs sombres. « Recueillement » de Baudelaire m’a paru bien adapté. J’ai choisi l’un des vers pour le tracé à la gouache rouge (fraktur). A ce stade là, le résultat était vraiment sombre, d’où les trois gros pois à la feuille d’or. Enfin, autour de l’ensemble, j’ai écrit (« antiqua ») le poème en entier (quelle chance!) avec un gris dilué que j’ai épongé au buvard pour qu’il soit peu visible.

Evidemment, le poème n’est guère lisible. Le voici :

Sois sage, ô ma Douleur, et tiens-toi plus tranquille.
Tu réclamais le Soir ; il descend ; le voici :
Une atmosphère obscure enveloppe la ville,
Aux uns portant la paix, aux autres le souci.

Pendant que des mortels la multitude vile,
Sous le fouet du Plaisir, ce bourreau sans merci
Va cueillir des remords dans la fête servile,
Ma douleur, donne-moi la main ; viens par ici,

Loin d’eux. Vois se pencher les défuntes Années,
Sur les balcons du ciel, en robes surannées
Surgir du fond des eaux le Regret souriant ;

Le Soleil moribond s’endormir sous une arche,
Et, comme un long linceul traînant à l’Orient,
Entends, ma chère, entends la douce Nuit qui marche.

Quel texte! Sombre sans doute, mais aucun mot ne saurait être ajouté ou retranché sans rompre son harmonie.

Illustration d'un poème de Baudelaire, 30 cm x 30 cm

« Recueillement » de Baudelaire, 30 cm x 30 cm