Mots-clefs

, , ,

Après plusieurs exercices centrés sur la capitale romaine (voir « La capitale Romaine« ), j’ai terminé avec ce poème de Kenneth White.

Même si le recueil de poèmes que j’ai utilisé est une version bilingue (« Le grand rivage » – Kenneth White – Editions « Le Nouveau Commerce »), j’ai choisi la version anglaise originale pour plusieurs raisons : tout d’abord, je souhaitais faire un petit signe amical aux visiteurs anglophones qui doivent bien souvent être déçus de n’avoir que la traduction très approximative de Google pour essayer de comprendre les textes dont certains sont d’origine anglophone ! Par ailleurs, je trouve que les lettres les plus communes en anglais ( les W, H, Y…) sont plus intéressantes (et plus faciles !) à tracer que leurs homologues françaises.

Néanmoins, voici la version française :

…..
car toujours revient la question
comment
dans la mouvance des choses
choisir les éléments
fondamentaux vraiment
qui feront du confus

un monde qui dure
et comment ordonner
signes et symboles
pour qu’à tout instant surgissent 
des structures nouvelles
ouvrant
sur de nouvelles harmonies
et garder ainsi la vie
vivante
complexe
et complice de ce qui est –
seulement :
la poésie