Mots-clefs

, , , ,

Ce texte est tiré d’une tragédie en deux actes intitulée modestement « Vladimir Maïakovski » et parue en 1913.  Maïakovski y évoque l’art contemporain (mouvement appelé le « futurisme ») à l’époque révolutionnaire. Je l’ai choisi pour sa langue riche et évocatrice (même après la traduction). 15 cm x 15 cm environ Voici le texte en clair :

Mes paroles, simples comme un mugissement, vous révéleront vos âmes nouvelles bourdonnantes comme l’arc électrique. De mes doigts, je n’ai qu’à toucher vos têtes et il vous poussera des lèvres faites pour d’énormes baisers et une langue que tous les hommes comprendront.

Concernant la calligraphie elle-même : le fond est réalisé à l’aquarelle (sur des réserves à la gomme liquide) que j’ai partiellement couverte de signes abstraits supposés rappeler une écriture manuscrite (c’était l’idée !). Avant de reproduire le texte  à la plume fine, j’ai tracé quelques traits au tire ligne.