La Capitale Romaine

CapRomaine_Mixte_détail

Après quelques jours de travail intensif sur la capitale romaine, j’ai cru bon de garder une trace des exercices réalisés.

Celles et ceux qui se sont confrontés à cette écriture en connaissent toute la difficulté. Tout est important : la proportion de la lettre, le rythme (l’espacement entre les lettres est particulièrement difficile à régler), l’interligne, et bien sûr, la qualité du trait. Plus que pour toute autre écriture, les moindres défauts sont visibles.

Ces derniers jours, j’ai surtout travaillé avec la plume métallique fine. J’ai préféré les plumes Brause (de 0,5 à 1.5 mm) car leur dureté évite quand même un peu les sur-épaisseurs dues aux variations de pression. Avec une plume Mitchell (plus souple) bien maîtrisée, le résultat serait certainement plus satisfaisant.

Plume Brause 1 mm

Pour finir, j’ai varié les outils :

  • Le pinceau plat : c’est vraiment avec lui que les difficultés sont les plus grandes. La maître du trait est franchement délicate !
  • La plume palette : celle-ci permet de travailler les proportions des lettres et le rythme sans se préoccuper des empattements.
  • La palette (lame de bois biseautée) pour des lettres de grand format.
  • Le tire-ligne : en l’occurrence, cela ne m’a pas paru le plus difficile.

    Tous les outils pré-cités (environ 35 cm X 35 cm)

Un autre exemple est donné ici.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s